Contours d'Europe

15 nouveaux ministres en République tchèque, 0 femmes. Le gouvernement précédent comptait 17 ministres dont 3 femmes. Alors que le voisin slovaque est sur le point d’avoir une femme comme premier ministre, les partis tchèques font preuve de conservatisme. Selon le futur ministre de l’intérieur Radek John, ancien journaliste et dont ce sera le premier poste politique, les femmes ne sont pas présentes parce qu’elles « ont été découragées par des négociations de coalition trop dures ». Sic.

Et pourtant les résultats des élections législatives tchèques de mai 2010 laissaient espérer un profond changement de la vie politique. La montée de deux nouveaux partis de centre-droit, Top 09 et Affaires publiques, désormais au gouvernement, a entraîné une recomposition politique, au détriment des partis traditionnels comme l’ODS conservateur et le ČSSD social-démocrate. Les pratiques politiques semblent, en revanche, être demeurées les mêmes.

Un résultat d’autant plus choquant que l’utilisation, pour la première fois, des votes préférentiels a permis de renouveler profondément la composition de la chambre des députés. Ce type de vote, qui permet aux électeurs de modifier l’ordre des listes électorales a bénéficié à de nombreuses femmes. Placées en fin de liste par les partis, certaines ont été remontées par les électeurs.

Un changement notable toutefois : une femme a été élue pour présider la chambre des députés.

Author :
Print