Contours d'Europe

L’Ukraine est un pays charnière entre deux zones d’influence (européenne et russe), et le pugilat qui a eu lieu le 27 avril au Parlement ukrainien témoigne de ce tiraillement. A l’occasion d’un vote sur le prolongement de 25 ans du bail de la flotte militaire russe en Ukraine, les députés de l’opposition ont manifesté leur désaccord en allumant des fumigènes et en lançant des œufs sur le président du Parlement Volodymyr Litvine, qui a été contraint de s’abriter sous deux grands parapluies noirs.

L’élection du nouveau président Viktor Ianoukovitch, a entraîné un rapprochement avec la Russie ce qui déplaît à l’opposition de la révolution orange, favorable à un rapprochement avec l’UE.

Pour couper court aux critiques des députés de l’opposition pro occidentale, le nouveau président Viktor Ianoukovitch affirme ne pas vouloir trancher entre les deux. Il a choisi Bruxelles pour sa première visite en tant que chef d’Etat et s’est rendu par après à Moscou. De même, il a déclaré que le rapprochement avec l’UE restait sa priorité mais il cherche également à améliorer les relations avec la Russie. Comme un symbole, le nouveau président était à Strasbourg le 27 avril alors que le matin même le Parlement ukrainien ratifiait l’accord avec la Russie.

Si une stabilisation des relations avec la Russie n’implique pas un éloignement de l’UE, l’accord militaire enterre néanmoins toute intégration à l’OTAN, car comment imaginer un membre de l’organisation atlantique qui accueillerait en son sein une base militaire étrangère ?

Pour voir la séance au Parlement, cliquer ici.

Author :
Print